(0)
Témoignages

Le point de départ reste le parcours utilisateurs

  • Grégory Losson
    DSI chez Guy Hoquet

Le réseau immobilier Guy Hoquet vit actuellement sa transformation digitale. Pour ce projet d’entreprise, porté par notre directeur général depuis mai 2016 et accompagné par cinq partenaires et un cabinet de conseil, une roadmap a été établie sur trois ans avec comme première brique : la création et le déploiement d’une plateforme pour l’ensemble du réseau en 2017. Au niveau du siège, un annuaire en mode cloud utilise les solutions Microsoft avec l’intention de construire dans un second temps un entrepôt de données davantage orienté client.

En 2018, le vrai enjeu stratégique de cette transition digitale résidera dans la data. Au moyen de cette nouvelle plateforme déployée, l’objectif est de mieux qualifier la data, de donner du sens à un entrepôt de données qui permettra à notre DSI d’envisager des projets de data mining l’année prochaine. Grâce à ces solutions de machine learning et à l’agrégation de l’ensemble des informations du marché, des biens et des clients, nos franchisés auront la possibilité d’en savoir davantage sur les usages et les tendances du marché immobilier. La modélisation de l’ensemble de ces data sous forme de cartographie est un autre chantier important mené par la DSI. À l’aide de ces données cartographiées, les agences immobilières pourront mieux sectoriser leur business.

Notre projet de digitalisation se doit d’être le plus agile possible dans l’objectif de pouvoir modulariser l’ensemble de la chaîne de valeur et faire évoluer notre plateforme. Mais une transformation digitale ne peut se cantonner à l’implémentation de nouveaux outils technologiques. C’est également du management de changement pour l’ensemble de nos 2000 collaborateurs en France. Autant au niveau de la tête du réseau qu’au sein des agences immobilières. On peut créer tous les modèles prédictifs de data qui soit, si au bout de la chaîne le conseiller commercial saisie mal les champs ou ne les remplit pas, on n’obtiendra rien.

Emmener sa marque vers cette transformation digitale nécessite de partir d’use case. À chaque tentative de digitalisation d’un pan de la chaîne de valeur de l’entreprise, le point de départ reste le parcours utilisateur. Car ces nouveaux outils digitaux doivent être avant tout des facilitateurs.

Un système d’information agile implique de pouvoir intégrer des nouvelles technologies brique par brique. À chaque création de workflow sur le système d’information de l’entreprise, nous procédons service après service. Le rôle de la DSI est de trouver la valeur ajoutée à l’utilisation de chacun de ces nouveaux outils digitaux. Le cloud permet cette approche « user centric » et a profondément bouleversé notre manière de travailler. Alors qu’auparavant, il y avait une sectorisation et une spécialisation par technologie, aujourd’hui, la DSI a besoin d’informaticiens « couteaux suisses » qui puissent toucher à tout et échanger avec les équipes terrain.

Biographie

Après un début de carrière comme développeur au sein d’une SSII (Volume software) Grégory Losson est responsable informatique système et infrastructure pendant sept ans au sein d’un organisme de formation (AFT IFTIM devenu AFTRAL). En 2009, il intègre la DSI de Guy Hoquet puis en prend la direction en 2015.

(0)

Commentaires (0)

Pas encore de commentaires

Commenter cette page

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.