(0)
Bonnes pratiques

Se débarrasser de l’ennemi public n°1

  • Tony Abouzolof
    Co-fondateur de Syncron

Parce que l’entreprise doit se concentrer avant tout sur son métier, son activité et son savoir-faire,
le cloud computing simplifie les usages et permet de s’affranchir des contraintes de l’outil informatique traditionnel. Le cloud offre aussi plus d’élasticité et d’agilité car il permet d’accéder plus rapidement à des ressources informatiques via un simple portail web ; il n’est plus nécessaire, alors, d’investir dans des équipements matériels supplémentaires. Les entreprises achètent désormais uniquement le type et la quantité de services dont elles ont réellement besoin.

Par ailleurs, et alors que la prise de décisions devient de plus en plus immédiate dans les affaires, les silos sont aujourd’hui perçus comme étant « l’ennemi public numéro un » pour réussir. En choisissant une infrastructure dans le cloud, les entreprises disposent de leurs données et de leurs opérations au même endroit. Cela leur permet non seulement de rationaliser les processus à travers l’organisation dans son ensemble, mais aussi d’utiliser l’intelligence en temps réel.

Dans le domaine de la supply chain, le cloud computing est en plein développement et devrait peser près de 4 milliards d’euros d’ici à 2019. Une solution en mode SaaS qui intègre l’ERP, la gestion des stocks, la gestion de la tarification et autres processus après-vente, permettrait aux fabricants de prendre de meilleures décisions, tout en ayant un impact significatif sur le résultat net de l’entreprise.

Par exemple, une entreprise peut optimiser la gestion de ses stocks de pièces de rechange avec le numérique. Grâce à l’implémentation d’une solution dans le cloud qui peut s’interfacer de manière harmonieuse avec l’ERP ou les systèmes ERP existants, l’entreprise disposera alors d’analyses plus fines de l’état des stocks et de systèmes poussés d’alertes pour l’approvisionnement.

Dans les mois et années à venir, le passage vers des technologies basés dans le cloud et vers des outils d’analyse prédictive va se poursuivre et même s’intensifier. Indépendamment des secteurs d’activité, les technologies émergentes telles que les véhicules autonomes, les dispositifs portables, l’Internet des Objets, l’impression 3D et les drones, vont non seulement avoir un impact considérable sur la manière de travailler dans les entreprises, mais aussi sur les attentes des clients finaux.

A mesure que les technologies évoluent, les entreprises s’appuieront de plus en plus sur ce type de solutions pour générer des nouveaux revenus, accroître les marges, et améliorer la satisfaction client ; et cela est particulièrement vrai dans le domaine de l’après-vente. La plupart des entreprises ont conscience de ces nouvelles technologies, mais ne savent pas encore comment les exploiter véritablement. Savoir comment utiliser ces technologies va, à l’avenir, devenir critique pour réussir et se démarquer de la concurrence.

 

Biographie

Tony Abouzolof est diplômé d’une licence en mathématiques de la prestigieuse université grecque National Kapodistrian University of Athens et d'un master en sciences de l’informatique de l’université de Cranfield. En 1995, il co-fonde Syncron (éditeur leader des solutions Cloud dédiées à la gestion des pièces de rechange).

(0)

Commentaires (0)

Pas encore de commentaires

Commenter cette page

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.